• Etant donné le parti pris de Wikipédia, dans la rédaction négative de son dossier sur Glozel, constitué essentiellement à charge, principalement d'arguments anti-glozéliens obsolètes 1), présenté comme "nettement plus scientifique" (tandis que les arguments pour sont souvent des paralogismes, selon un certain "120", c.-à-d. Vincent, qui se prétend archéologue & se déclare zététitien… 2). Allant même jusqu'à prendre comme "preuves" des textes écrits avant même la découverte de Glozel 3)… Quelle preuve d’étique !

     

    Il serait surprenant, vu le travail de sape, que cette "encyclopédie libre du Net" (pour ne pas dire "encyclopédie du moindre"), rédigée par des marionnettes dont on ne sait qui tirent les fils en sous-mains ? Et je dis cela pour les néophytes, qui seraient tenté de prendre pour argent comptant et de se référer à ce genre de "dossiers" sans esprit critique, que les rédacteurs de Wikipédia ne prendraient pas la peine de se contredire, eux qui pense (litote) que Glozel est faux, en donnant comme exemples de traductions de Glozel, des auteurs qui seraient  à même de démonter les arguties spécieuses de ces mêmes rédacteurs… Car je démontrerais plus loin la vacuité des traductions, des soi-disant "experts", présentés par les comiques de Wikipédia comme traducteurs possible du Glozélien, tout en disant à longueur de pages que Glozel est une invention du Grand-père Fradin et de son petit-fils Emile.

     

    1) – a : En quoi l'histoire tirée d'un compte rendu sur la perquisition de 1927, au sujet d'une casserole, qui est une contre vérité mensongère, ainsi que les fariboles sur les limes, depuis lors périmées et obsolètes, sont-ce des arguties anti-glozéliennes ?

     

    - b : En quoi les mensonges sur la chlorophylle et les fibres colorées à l'aniline, démontés par les arguments de Morlet p. 125 de « Glozel, Trente ans après » (de Léon Cote), sont-ils puisque démontrés comme faux, des preuves anti-glozéliennes ?

     

    - c : En quoi la jalousies de Peyrony (qui voyait en Glozel un concurrent des Eysies dont il était le directeur), les tractations délictueuses et voltes faces de Capitan (qui aurait voulu s'approprier la découverte), et de Breuil son élève, Vayson de Pradennes qui avait tenté en vain, d'acheter la collection du musée de Glozel (l'aurait-il proposé s'il l'avait cru faux ?), les accusations gratuites de Seymour de Rici, les lettres anonymes de Dussaud (qui le reconnut ensuite) et ses calomnies sur une soi-disant femme néolithique de Glozel (aux seins qui se croisaient, sic), le faux rapport de Bayle, parjure et expert en duperies et ses supercheries, j'en passe des meilleurs, de plus basses et perverses etc., sont-ils des preuves contre Glozel ?

     

    2) Petits échanges sur Wiki avec 120… :

     

    J'imagine que le rapport du Ministère de la culture n'est pour vous qu'un tissu de mensonges destinés à cacher au monde l'éclatante Vérité démontrée par Glozel : l'écriture a été inventée en Auvergne au Magdalénien ! 120 7 mai 2007 à 18:29 (CEST) 

     

    Une phrase de Louis Pauwels et Jacques Bergier dans "Le matin des Magiciens" me paraît ici vraiment appropriée : « Nous vivons sous un régime d'inquisition où l'arme la plus fréquemment employée contre la réalité non conforme est le mépris accompagné de rires ». Óðinn-Hermoðr 2 W. 8 mai 2007 à 09:55 (CEST)

     

    Quel mépris ? Quelle inquisition ? Une phrase de Henri Bloch me paraît ici vraiment appropriée : « Le droit au rêve a pour pendant le devoir de vigilance »… 120 8 mai 2007 à 01:35 (CEST) 

     

    Quel rêve ? Quelle vigilance ? Je ne suis pas un membre forcené des Zététitiens à sa mémère (ni anti-sceptique, ni ex catho logique), comme aurait pu l'être St. Thomas, tel le directeur du Laboratoire de Zététique Henri Broch, car ainsi disait Albert Einstein :

     

    « Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton ». Óðinn-Hermoðr 2 W. 8 mai 2007 à 12:51 (CEST)

     

    Or, contrairement à ce que laisse accroire Wikipédia, Henri Broch n'est pas un critique sceptique du site de Glozel ; il suffit de lire p. 78 de son livre : Au Cœur de l'Extra-Ordinaire dans lequel (édition Book-e-Book), il écrit explicitement : "Glozel n'est pas un coup monté, Glozel est authentique !" 

     

    3) – a : En quoi B. Clément qui publie 2 articles en 1917 (soit bien avant la découverte de Glozel, le 1er mars 1924), est-il un argument anti-glozélien ? 

     

    Moralité : Il n'y a rien de bon à trouver, dans une pseudo-encyclopédie de la vacuité, rédigée par des équipes frileuses de nauséeux, malades de l'hétérodoxie, qui ont la propension à vomir sur tout ce qui les dépassent ; et malheureusement il y a beaucoup trop de choses qu'ils ne comprennent pas, tout en faisant accroire qu'ils en donnent l'explication la plus orthodoxe.

    (à suivre)


  • Commentaires

    1
    Le Noël
    Vendredi 28 Décembre 2012 à 09:23
    Le Noël

    Je suis allé plusieurs fois à Glozel et je suis devenu un ami du père Fradet, j'ai trouvé dans son petit musé, quelque chose dont personne n'a parlé , six plaques de terre cuitte avec dans chacunes l'empreinte d'une main droite de type néandertalienne, : pouce plus long, majeur plus court, petit doigt plus long que chez les homo sapiens, de plus ,la taille globale de ces mains étaient bien supérieure à celle des homo sapiens de l'époque qui ne mesuraient en myenne qu'un metre soixante! Je possède les photos de ces artefacs.

     

    Christian le Noêl  membre de l' AFRC ( Association Française de Recherches Cryptozoologiques) directeur de publication de la revue Hominologie & Cryptozoologie élève du professeur de zoologie Bernard heuvelmans " l'homme de Néansertal est toujours vivant"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :